Commentaires fermés sur Tissages en Intelligence Collective Actualités Vision 2021

Cet article est le fruit d’une collaboration entre trois consultants-facilitateurs en Intelligence Collective. Ils vous proposent un chemin qui va de la pensée à l’action de terrain en passant par la question de la posture individuelle. Bonne route !

Introduction

Nous faisons tous les trois partie du même groupe de recherche, VISION 2021(www.intelligence-collective. net) sous l’égide de Robert Dilts, et nous
avons souvent l’occasion de travailler ensemble. Pour ce deuxième Livre blanc sur l’Intelligence Collective, nous avons choisi de parler de la pratique de notre
métier de consultant. Comment se traduit concrètement une intervention basée sur l’Intelligence Collective ?

Il existe maintenant beaucoup de livres et de réflexions théoriques sur le sujet. Mais que se passe-t-il sur le terrain ? Comment se décline un accompagnement
(facilitation, intervention, etc.) en Intelligence Collective ?
Nous pensons que nos témoignages intéresseront nos collègues consultants et nos clients, entreprises et organisations.

Nous les livrons sans prétention, sachant que nous sommes constamment en co-apprentissage et que notre monde est en pleine mutation.
Dans les lignes qui vont suivre, Gilles Roy décrit le travail intérieur qu’il effectue lorsqu’il va intervenir dans une entreprise pour modéliser et mettre en valeur les processus de synergie.
Yaël Gronner expose la méthodologie qu’elle utilise pour travailler en réseau et faire fonctionner l’Intelligence Collective lors de toutes les phases d’une intervention sur ce thème.
Jean Pierre Mélani décrit les différentes étapes de son travail de consultant, depuis l’audit jusqu’à la mise en oeuvre, en s’appuyant sur l’exemple concret d’une intervention réalisée dans une entreprise spécifique.

Posture et préparation

Je vais tenter de décrire le travail intérieur que j’effectue (on parlerait de préparation mentale si on était dans le monde du sport) lorsque je vais intervenir dans une entreprise pour modéliser et mettre en valeur les processus de synergie.

Accompagner l’émergence

Mon travail consiste à mettre en place des conditions favorables pour créer un engagement, une authenticité et une intensité qui permettent aux gens que j’accompagne de développer collaboration et synergie. Je leur fournis des éléments issus de mes observations sur le terrain et de mon expérience des systèmes humains complexes afin qu’ils en dégagent des modèles pragmatiques qu’ils pourront tester et utiliser dans leurs réunions et dans leur manière de travailler en équipe.
Cela passe d’abord par une première esquisse d’un modèle de leur façon spécifique de faire fonctionner l’Intelligence Collective. Qu’est ce qui marche, dynamise, propulse ? Qu’est-ce qui freine, inhibe, bloque (bêtise collective) ? Je travaille avec eux pour qu’ils puissent identifier et reproduire des circonstances favorisantes afin de découvrir leur propre méthodologie de synergie.

Que fais-je pour faciliter cela ? La première chose c’est que j’utilise ma qualité de présence. Et donc c’est un travail que je commence en amont. Lorsque je sais que je dois intervenir dans une entreprise, je vais y penser et je vais m’y préparer, c’est une sorte de méditation.

Je considère l’entreprise sur trois plans que je ne vais jamais perdre de vue :

Je vais à la rencontre de l’entreprise sur le plan des êtres humains. J’ai une représentation visuelle de l’entreprise comme un être collectif (voir ci-contre) comme la réunion d’un certains nombres de personnes concernées et/ou impactées, que je symbolise sous forme d’un cercle, en résonance avec l’extérieur, avec les équipes, les fournisseurs, les clients, etc. C’est la dimension horizontale.
Cette entreprise produit, elle génère des bénéfices, elle est installée quelque part, elle a une sorte d’ancrage.
Je regarde et je m’imprègne de cet ancrage. Où sont les bureaux, le siège, les lieux de production, les marchés, les actionnaires etc. Quels sont les fruits ? Où sont ses racines ?
Je m’imprègne aussi du champ d’énergie. Quelles sont les valeurs, les contributions immatérielles de l’entreprise ? On pourrait appeler cette dimension « la communauté des âmes » ou « l’âme collective du groupe ». Je prends contact avec le dessein, la graine énergétique qui fait que cette entité existe.
Ma plus-value consiste à savoir entrer dans le champ d’énergie de l’entreprise avec tous les sens en éveil et à expérimenter « le système ». En conscience, je suis à la fois dedans et dehors. Puis je rends compte de l’expérience et la compare avec la perception des acteurs en interne et des impactés en externe, jusqu’à ce que des schémas directeurs et des tendances apparaissent. Quels sont les facteurs (internes ou externes) qui favorisent ou inhibent l’émergence de l’Intelligence Collective dans ce groupe,
cette entreprise, cette organisation ?

Préparation personnelle en tant qu’intervenant

Donc la préparation de base consiste pour moi à cultiver une qualité de présence.
Si on veut travailler au niveau du coaching d’équipe et a fortiori de l’Intelligence Collective, on peut difficilement faire l’économie, que l’on soit ou non « tombé dans la marmite quand on était petit », d’une pratique régulière spirituelle et/ou religieuse. Si on arrive juste avec une idée et qu’on n’est pas « hyper-centré », on ne vous entend pas, on ne vous voit pas et on va vite être pris dans le tourbillon des positions, des tensions, des jalousies, des conflits, absorbé dans une histoire locale qui peut être très chaotique et émotionnelle. Cela renvoie aux valeurs et au sens de la mission ; quel est mon rôle, à qui ou à quoi suis-je relié ?

Préparation personnelle

Grâce à la pratique régulière de la méditation et un temps de centrage spécifique avant l’intervention, j’arrive en étant calme, centré, disponible, et avec un sentiment d’espace autour de moi. C’est comme une caisse de résonance qui permet de capter les signaux, de les laisser résonner et de les renvoyer, un peu comme si il y avait une énorme parabole autour de moi. Je capte et je renvoie (un processus d’écho).

Posture

Ceci est rendu possible par le fait que je n’ai rien à prouver, je n’ai pas d’intention basée sur l’ego, je suis juste au service, je suis un instrument pour percevoir et amplifier les phénomènes qui se passent d’habitude dans l’entreprise de manière plus ou moins cachée, ou « inconsciente ». Ça peut être des choses qui fonctionnent bien, qui sont à modéliser ou à enrichir, ou des choses qui agissent comme des limitations ou des freins, qui sont à conscientiser et à traiter.

Cette préparation donne une sorte de point d’ancrage et de sécurité. Quelque part, les gens perçoivent cette « pureté d’intention » et cette volonté d’être au service, ça neutralise un peu les tensions, ça donne des permissions, ça encourage la bonne volonté, ça donne l’exemple.

Ça transmet le message implicite : « OK, on est là pour apprendre, on est là pour servir, on est là pour découvrir et on se tient dans une posture de curiosité et d’humilité ».

Ma conviction est qu’en entreprise, comme dans tout groupe humain, il existe quelque chose de collectif qui dépasse l’individu ou qui dépasse la logique habituelle. Dans les moments de synergie, on voit bien que les hauts sont plus hauts que les hauts habituels et que dans les moments de crise, la souffrance ou la profondeur de l’abîme sont plus grandes que ce qu’on aurait pu imaginer ou prévoir. Le collectif exerce un effet multiplicateur.

J’apporte une sécurité, un point d’ancrage et de vigilance : « Allez, on observe, on dit, on parle, c’est OK de faire des erreurs, on est là pour découvrir ensemble
». On reconnaît que personne n’a la clef, quel que soit son poste hiérarchique, quel que soit son ancienneté, et on fait l’hypothèse que quelque part, par un processus de tâtonnement, on peut découvrir des morceaux de « vérité » et avoir des révélations sur la manière dont fonctionnent les parties et le tout. L’Intelligence Collective est un chemin, pas la destination. Comme dit le proverbe, tout seul on va peut-être plus vite, ensemble on va sûrement plus loin.

Comments are closed.